| Imprimer | Accueil |

Jean de La Fontaine

 

 

 

 

Biographie
  La Fontaine de Château-Thierry
  La Fontaine en 100 questions

 

Biographie

JEAN DE LA FONTAINE
( Château-Thierry 8 juillet 1621 –   Paris 13 avril 1695 )

1621 - 8 juillet

Baptême de Jean de La Fontaine à Château-Thierry dans l'église Saint-Crépin-hors-les-murs.
Le baptême était célébré le lendemain, parfois le jour même de la naissance du fait de la mortalité infantile.

Son père, Charles, Maître des Eaux et Forêts du duché de Château-Thierry et conseiller du roi, épousa en 1617, Françoise Pidoux.
D’une famille de notables, née en 1582, elle est veuve de Louis de Jouy, marchand à Coulommiers, et a 12 ans de plus que son mari.
Jean est leur premier enfant; ils auront un second fils, Claude, en 1623. Jean de la Fontaine a une demi-sœur Anne de Jouy, née du premier mariage de sa mère.

Vers 1635

Jean  fréquenta le collège de Château-Thierry jusqu'à la classe de 3ème. 
Il y fait la connaissance de François de Maucroix, l’ami de toute une vie.
Il va sans doute faire ses classes supérieures à Paris où il a le jeune Antoine Furetière pour condisciple.

1641  27 avril

La Fontaine est admis dans la maison mère de l'Oratoire, à Paris, rue Saint-Honoré, le 27 avril  1641, pour des études religieuses. Son jeune frère Claude l'y rejoint.

1642 octobre

La Fontaine quitte l'Oratoire, n’ayant pas la vocation.
Il retourne à Château-Thierry pour une vie facile et frivole de jeune homme de bonne famille. Il éprouve une émotion poétique intense à la lecture des odes de Malherbe. Il prendra alors l’habitude d’aller déclamer la poésie dans les bois, qui lui étaient si chers. Son père est enthousiasmé par la révélation de la vocation poétique de son fils Jean.

1646

A Paris, où il retrouve ses amis Maucroix et Furetière, il commence ses études de droit. Il obtiendra le titre d’avocat en la cour du Parlement en 1649.
Il mène une vie d’étudiant libre et aisé, fréquentant le cercle des jeunes poètes « Palatins » de l’académie de la Table Ronde, à laquelle appartiennent également ses amis : François Maucroix, Paul Pellisson, Antoine Furetière, Tallemant des Réaux, et le fringuant Antoine Rambouillet de La Sablière.

1647 - 10 novembre

 Signature du contrat de mariage entre Jean de La Fontaine et Marie Héricart, une jeune fille de bonne famille de la Ferté Milon, qu’il épouse à la demande de son père.

1652

La Fontaine achète une charge de maître des Eaux et Forêts.

1653 - 30 octobre

Baptême à Château-Thierry de Charles de La Fontaine, fils du poète.
Il semble que l’enfant ait été élevé par Maucroix, son parrain.
Il exercera un emploi dans les finances et semble peu présent dans la vie de son père.

1654

Première publication de La Fontaine : L'Eunuque : comédie de cinq actes en vers, imitée de Térence : poète comique latin pour lequel La Fontaine avait une grande admiration.
Elle ne fut jamais représentée. L'ouvrage n'est pas signé, le nom de La Fontaine ne figure que dans le privilège.

1658

Mort du père de La Fontaine. Jean hérite de ses charges et d’une succession très embrouillée. La Fontaine offre à Fouquet son Adonis, poème imité d'Ovide, calligraphié par Nicolas Jarry et illustré par François Chauveau.
La Fontaine est qualifié de « garçon de belles-lettres, qui fait des vers, grand rêveur » par Tallement des Réaux dans ses Historiettes.

1659

Le mariage de Jean et Marie n’est pas heureux.
En raison de leurs difficultés financières, le couple procède à une séparation de biens d'un commun accord. La Fontaine s'engage à "pensionner" Fouquet en vers, et commence l’écriture du récit poétique le Songe de Vaux à la demande du surintendant.

1660

Au carnaval, La Fontaine fait jouer à Château-Thierry par quelques-uns de ses amis une "farce-ballet", Les Rieurs du Beau-Richard.

1661

Pendant l'été, une camaraderie se noue au quartier Sainte-Geneviève, à Paris, entre La Fontaine et Racine, de dix-huit ans son cadet et cousin de Marie Héricart.

17 août dans les jardins de Vaux, Fouquet offre au jeune roi Louis XIV une fête somptueuse. La Fontaine y assiste. Molière y donne avec sa troupe la première représentation des Fâcheux.

5 septembre, Mortifié et jaloux de la magnificence de Fouquet, Louis XIV le fait arrêter et emprisonner. Il finira ses jours à la forteresse de Pignerol.
La Fontaine est choqué par l’arrestation de son protecteur et lui témoignera une amitié fidèle.

1662, Mars 

Publication sans nom d'auteur de la poésie : L'Elégie aux nymphes de Vaux.
Marie-Anne Mancini, nièce de Mazarin, épouse le duc de Bouillon, seigneur de Château-Thierry, elle deviendra la jeune et jolie duchesse de la Fontaine ;

1663

Fouquet est en disgrâce. Il  est envoyé en exil à Limoges. La Fontaine l'accompagne, de force ou de gré. En tout cas, il revient à Paris moins d’an plus tard. 
Il relate son voyage dans des lettres à son épouse Marie.

1664

La Fontaine est attaché en qualité de « gentilhomme servant » à la maison de Marguerite de Lorraine, veuve de Gaston d'Orléans.

1664-1666

Publication des deux premières parties des Contes et nouvelles en vers. Simultanément paraît en deux volumes, une traduction janséniste de La Cité de Dieu de Saint Augustin. Les citations poétiques en ont été traduites  en vers français par La Fontaine.

1668 Mars

Publication des Fables choisies mises en vers, dédiées au Dauphin.
124 fables groupées en deux "parties" comprenant chacune trois livres : ce sont les six premiers livres des éditions modernes. Le succès est immédiat et important.

1669

Publication du roman Les Amours de Psyché et de Cupidon. Le succès est médiocre.

1670 Décembre

Recueil de poésies chrétiennes et diverses en trois volumes, publié (avec la date de 1671) par Port Royal. La Fontaine a eu grande part à sa composition.

1671

Troisième partie des Contes - Fables nouvelles et autres poésies.
Ce recueil contient huit fables inédites qui reparaîtront dans le recueil de 1678-1679.

1672 Février

Mort de la duchesse douairière d'Orléans.

La Fontaine devient l'hôte pour une vingtaine d’années de Madame de La Sablière : séparée de son mari et de ses enfants, elle recevait dans son hôtel de la rue Neuve-des-Petits-Champs une société très cultivée.
Surnommée « Iris » par la Fontaine, « La Tourterelle » par la marquise de Sévigné, elle sera la protectrice du poète qui rencontrera dans son salon les plus brillants esprits de son temps.

1673

Poème de la captivité de Saint Malc, dédié au cardinal de Bouillon.

1674

Protégé, comme Boileau et Racine par Madame de Montespan - favorite officielle du roi - et par  sa sœur Madame de Thiange, La Fontaine rime pour Lulli le livret de Daphné.
Brouille avec Lulli.
La même année paraît, sans privilège, sous le titre de Nouveaux Contes de Monsieur de la Fontaine, le recueil plus licencieux de La Fontaine. La vente en est interdite par ordonnance de police.

1676

La Fontaine se sépare de sa maison natale à Château-Thierry, et la cède à son cousin Antoine Pintrel, gentilhomme de la grande vènerie du roi. La maison natale deviendra le musée jean de La Fontaine deux cents ans plus tard en 1876.

1678-1679

Deuxième recueil des Fables choisies mises en vers, dédié à Madame de Montespan (Livre 7 à 11) des éditions modernes.

1678-1680

La Fontaine célèbre en divers poèmes la paix de Nimègue et la beauté de la nouvelle favorite, Mademoiselle de Fontange.

Vers 1680

Conversion de Madame de La Sablière après sa rupture avec le marquis de la Fare.
Elle se consacre au soin des malades et abandonne son hôtel particulier de la rue Neuve des Petits Champs pour une maison de la rue Saint Honoré : elle loge La Fontaine prés de chez elle.

1681

Publication d'une traduction des Epitres de Sénèque à Lucilius, œuvre de Pierre Pintrel, cousin du poète. La Fontaine en a traduit en français les citations poétiques.

1682

Publication du Poème du Quinquina dédié à la duchesse de Bouillon.

1683-6 mai

Première représentation à la comédie Française sans succès d'une comédie de La Fontaine dont le texte est perdu, Le Rendez-vous. Les cinq comédies Ragotin, Le Florentin, La Coupe enchantée, Le Veau perdu, seront joués seulement au 18ème siècle.
15 Novembre Election de La Fontaine à l'Académie Française, Mais Louis 14 qui veut voir élire son historiographe Boileau n'autorise pas la compagnie à "consommer l'élection ".

1684 - 17 Avril

Boileau est élu "tout d'une voix".

Aussitôt l'élection de La Fontaine est "consommée".
La réception à l’Académie a lieu le 2 mai.  Ironie du sort, La Fontaine occupera le fauteuil de n° 24 celui de Colbert, l’ennemi de Fouquet.

1685

Ouvrages de prose et de poésie des sieurs de Maucroix et de La Fontaine, en deux volumes : celui qui est du poète contient des pièces diverses, des poèmes, cinq contes nouveaux et onze fables qui prendront place dans le recueil de 1694.
La Fontaine âgé fréquente des libertins tels que le prince de Conti, le duc de Vendôme …

1687

Le poème de Charles Perrault, Le siècle de Louis Le Grand, lu le 27 janvier à l'Académie, fait éclater « la Querelle des anciens et des modernes ».
Le 5 février, La Fontaine fait tirer à un petit nombre d'exemplaires son Epître à Huet. Il y plaide la cause des Anciens, mais évite de se ranger dans l'un des deux camps.
Huet, savant helléniste, est un ami personnel de Charles Perrault et un ennemi déclaré de Boileau.

1691

Astrée, tragédie lyrique. Le livret est de La Fontaine, la musique de Colasse, élève de Lulli. C'est un échec.

1693

Le 6 janvier, mort de Madame de la Sablière.

La Fontaine malade, vieillissant renie ses Contes licencieux : il promet devant une délégation de l'Académie de ne plus composer que des " ouvrages de piété ".

Rétabli au printemps, il va loger rue Plâtrière chez ses nouveaux protecteurs le banquier Anne d'Hervart, conseiller au parlement et son épouse.

En septembre paraît, daté de 1694 le dernier livre des Fables (Livre 12 des éditions modernes) : quatorze fables nouvelles s'ajoutent à celles de 1685.
Elles sont dédiées au petit-fils de Louis XIV, le duc de Bourgogne.

1695 - 13 avril

Mort de La Fontaine chez les d'Hervart,

Mention dans le registre de la paroisse de Saint Eustache.
Il est inhumé le 14 avril au cimetière des Saints Innocents.

 

Eternel rêveur,

Jean de La Fontaine  se reconnaît comme tel
dans son épitaphe

EPITAPHE D’UN PARESSSEUX

Jean s’en alla comme il était venu,
Mangea le fonds avec le revenu,
Tint les trésors chose peu nécessaire.
Quant à son temps, bien le sut dépenser :
Deux parts en fit, dont il voulait passer
L’une à dormir, et l’autre à ne rien faire.

                                                                                  Jean de La Fontaine

La Fontaine de Château-Thierry

haut de page

 

Jean de La Fontaine mûrit lentement son œuvre, à l’ombre des forêts de Chaury, ancien nom de Château-Thierry) s’amusant à observer Jeannot lapin s’entres’entretenir avec Dame Belette de l’enterrement d’une fourmi…

 

Essayons de découvrir à travers Château-Thierry et sa campagne, l’image de ce que fut le berceau de Jean de La Fontaine, sa ville natale mais aussi le cocon dans lequel une longue incubation put aboutir aux délicieux Contes, et aux merveilleuses Fables, théâtre d’une vie dont La Fontaine a su recréer l’atmosphère dans ses écrits.

 

Jean de La Fontaine naquit à Château-Thierry, fils de Charles de la Fontaine, Maître des eaux et forêts dont il hérita la charge et de Françoise Pidoux, d’origine poitevine dont il hérita le nez. Baptisé le 8 juillet 1621 à l’Eglise de Saint Crépin par le curé de la Vallée, il ne laisse pas de souvenir de son enfance, ni de ses études. C’est à Louis de Maucroix, alors son condisciple au collège de Chaury que l’on doit son premier portrait « La Fontaine, bon garçon, fort sage et fort modeste ». Durant ses jeunes années, Jean habitait avec ses parents et son frère Claude, de deux ans son cadet, la maison de la rue des Cordeliers (aujourd’hui rue Jean de la Fontaine) et qui est devenue son musée.

On imagine assez bien la vie calme et douillette de ces bons bourgeois, recevant de leurs fermes les victuailles nécessaires à l’entretien de leur table, le bois dont de lourds charrois remplissaient le bûcher à la fin de l’été….

La Fontaine était né dans une bonne maison avec de bons parents. Les enfants ne connurent sans doute pas la dure discipline qui régissait alors l’éducation. Son père avait de l’autorité mais tempérée d’affection. D’ailleurs Jean fut un enfant facile : sa santé fut aussi bonne que son caractère ! La vie quotidienne était réglée par les offices religieux et les repas, quiétude agrémentée par les sorties du père allant en inspection et ramenant des contes de villages, des chicanes de paysans…qu’il narrait à la veillée.

 

A l’époque, Chaury était de ces petites villes de province où chacun se connaissait et se saluait, parfois, se tournait le dos …

L’artisan respectait le bourgeois lequel saluait avec componction le magistrat. Ce qui n’empêchait pas les gens du peuple de ricaner à la vue de la Belle Mercière sortant fièrement de sa boutique, cependant qu’un mauvais plaisant lui fait les cornes dans le dos. Le bon mari mercier sort et les rires redoublent : l’esclandre n’est pas loin.

Cette philosophie de rire de la Belle Mercière, du mari, de l’apothicaire, chez qui elle s’attarde trop souvent, se retrouvera dans la farce « les rieurs du Beau Richard », nom d’un carrefour de la ville où les commérages allaient bon train.

La ville n’a ni théâtre, ni journaux, mais elle bruisse d’histoire de cocuages, de dettes impayées. Quand le coche se vide sur la place, les nouvelles se diffusent. Le petit Jean ne dit pas mot, « fort sage et fort modeste », il se tient dans l’ombre de son père quand celui-ci l’amène à faire le tour de la ville, à l’échevinage ou dans ses visites aux fermes des environs, mais il regarde et écoute attentivement.

Plus encore que dans la ville, on retrouve Jean de La Fontaine dans les fermes, que possède sa famille. Elles portent des noms Chantants : Les Aulnes Bouillants, la Tueterie, qui existent toujours.

Les bâtiments de la Tueterie sont importants, ils sont formés en carré et entourent une grande cour sur trois côtés. Les Deux pigeons qui s’aimaient d’amour tendre sont –ils passés par ce pigeonnier ?

On peut retrouver les lieux où le doux poète et une aimable bergère se contient fleurette : c’est dans ce cadre que Jean eut l’illumination à la lecture du roman de l’Astrée.

 

« A peine la raison vint éclairer mon âme,

que je sentis l’ardeur de ma première flamme »

 

 

 

A quinze ans, découvrant à la fois Virgile, l’Astrée et sa première bergère, il confondit avec émerveillement la volupté dans sa forme la plus rustique, la plus poétique et la plus sensuelle.

Au sortir de ces découvertes, il lui fallut quitter Chaury pour aller terminer ses études à Paris. Il y retrouvera ses amis Maucroix, y fit la connaissance de Furetière. Des années d’études, éclairées par l’amitié de Maucroix, amitié qui durera toute la vie.

On le retrouve en soutane à l’Oratoire.

Selon les Annales de L’Oratoire « Quoique l’aîné de sa famille un mouvement de ferveur lui inspira d’être ecclésiastique. Il se présenta pour cela à nous, âgé de vingt et un ans, et fut reçu dans la Congrégation, à la Maison de Paris le 27 avril 1641. Son frère Claude le rejoindra peu après. Mouvement de ferveur ou paresse devant un choix difficile, la vocation ne dura si peu qu’il passait ses journées à lire l’Astrée.

 

Suit une longue période d’inaction apparente où Jean est rentré au domicile paternel- sa mère est morte. Il partage son temps entre ses joyeux séjours parisiens, des visites à son ami Maucroix à Reims, sa vie bourgeoise à Château-Thierry.

 

Une vie frivole de célibataire, qui fait des sorties nocturnes remarquées et compromettantes, et incite son père à le voir épouser Marie Héricart de La Ferté-Milon. De cette union naquit un fils et beaucoup de querelles. Mais La Fontaine était déjà poète : lors de la naissance de son fils il est occupé à la traduction de l’Eunuque qui parut en 1654.

Les tracas financiers après la succession difficile de son père, les tracasseries domestiques, ne le détournent pas de sa vocation poétique, du château de Nicolas Fouquet, du Palais du Luxembourg, du salon de Madame de La Sablière. Il est en route vers la gloire.

 

A Château-Thierry comme à Paris, il sera très attaché à sa duchesse, l’extravagante et ravissante Marie-Anne Mancini. Au printemps 1664, le Duc de Bouillon épouse cette nièce de Mazarin. N’ayant pas une confiance absolue dans la fidélité de sa jeune épouse, le duc l’envoya en résidence surveillée à Chaury pendant qu’il s’en allait faire la guerre aux Turcs.

S’ennuyant à Chaury, elle demanda au Lieutenant Général de la ville de la distraire. Et c’est ainsi que Jean de La Fontaine allait se prosterner devant sa duchesse, sa première auditrice, qui allait lui ouvrir le monde de la cour, des salons et de la gloire littéraire à Paris. Si elle lui inspira l’écriture des Contes.

Le mérite de la Duchesse de Bouillon fut d’aimer ses poèmes et de les faire aimer dans une société brillante et surtout de persuader Jean de La fontaine qu’il pouvait réussir à plaire !

 

 
 

Sur les Pas de Jean de La Fontaine
A Château-Thierry
De nos jours

 

Survolez les images ou les lettres sur les traces de La Fontaine....

 

 

 

 

La Fontaine en 100 questions


 " J'aime le jeu, l'amour, les livres,
la ville et la campagne,
enfin tout; il n'est rien, qu'il ne me soit souverain bien,
jusqu'au sombre plaisir d'un coeur mélancolique. "

 Jean de La Fontaine
Les Amours de Psyché et Cupidon


1.  Quelle est la date de naissance de Jean de La Fontaine ?
      La Fontaine est né le 8 juillet 1621.

2.  Où est-il né ?
      A Château-Thierry.

3.  Où a-t-il été baptisé ?
      A Château-Thierry , dans l'église Saint Crépin, qui partageait alors avec la
      basilique Saint Paul à Rome la particularité de s'appeler " Hors les Murs".

4.  Comment appelait - on la ville de La Fontaine de son temps ?
      La ville était souvent appelée " Chaury ", abréviation de Château-Thierry.

5.  A quel siècle a-t-il vécu ?
      Au 17ème siècle, le "Grand Siècle" du Roi Louis 14.

6.  Comment s’appelait son père ?
      Charles de La Fontaine (Château-Thierry 30 nov. 1594 - avril 1658).

7.  Comment s’appelait sa mère ?
      Françoise Pidoux (14 oct. 1582- 1644), d'une famille anciennement originaire
      du Poitou.

8.  A-t-il fréquenté le Collège de Château-Thierry ?
      Jean fréquenta le collège de Château-Thierry qui avait une bonne réputation
      jusqu'en classe de  troisième.

9.  Quel était  son ami d'enfance le plus fidèle ?
      François de Maucroix, qui devint chanoine de la cathédrale de Reims et fut
      l'ami de toute une vie.

10.  Avait-il un frère ?
       Oui, Claude (Château-Thierry 26 sept. 1623 - Saint Eugène 3 juillet 1691).

11.  Avait-il une sœur ?
       Oui, une demi-soeur, Anne de Jouy, née du premier mariage de sa mère
       avec Louis de Jouy.

12.  Où a-t-il fait ses études de droit ?
        A  l'Université de Paris, il obtiendra le titre d'avocat en la Cour du
        Parlement.

13.  Où vivait-il dans sa jeunesse ?
        A Château-Thierry.

14.  Où vivait-il quand il fut plus âgé ?
        A Château-Thierry et à Paris.

15.  En quelle année sa maison natale fut-elle construite ?
       1559, d'aprés la date gravée dans la pierre de l'encadrement de la
        porte d'entrée.

16.  Du temps de La Fontaine, comment s’appelait la rue où se trouvait
        sa maison ?
        Rue des Cordeliers, le couvent des Cordeliers jouxtait la maison de
        La Fontaine.

17.  Que signifient les trois croissants entrelacés sur la façade de la maison de
        La Fontaine ?

        Il s'agit du chiffre de Diane de Poitiers( 1499-1560), maîtresse du roi
        Henri II , décédé en 1559.

18.  Ses parents étaient-ils riches ?
        Ses parents étaient des notables aisés, et possédaient des terres , ce sont
        eux qui achetèrent l'hôtel particulier où est né La Fontaine.

19.  Quelles études a t’il suivi à Paris ?
        Il étudia la théologie à l'Oratoire, puis le Droit à l'Université.

20.  Quelle charge a-t-il exercé à Château-Thierry ?
        Il avait la charge de Maître particulier triennal et Maître particulier ancien
        des Eaux et Forêts de Château-Thierry.

21.  Combien de temps l’a-t-il exercée ?
        De 1652 à  janvier 1671 , date à laquelle il quitte sa charge rachetée par le
        Duc de Bouillon.

22.  En quoi consistait cette charge ?
        Il avait un rôle  de surveillance,de contrôle et un rôle judiciaire.
        La charge consistait en la visite générale tous les six mois des forêts, bois,
        buissons, fossés, rivières etc... il dressait des procés verbaux , surveillait
        les gardes et les bûcherons,possédait le marteau qui désignait les coupes
        de bois autorisées , il présidait les audiences l'épée au côté.

23.  Comment se déplaçait-il pour exercer sa charge ?
        A pied et surtout à cheval.

24.  Etait-il rémunéré pour ce travail ?
        Il recevait des gratifications, peu fructueuses, la charge était plutôt une
        fonction honorifique d'ascension sociale.

25.  Quel métier exerçait son père ?
        Le père de La Fontaine était conseiller du Roi , capitaine des chasses
        et exerçait la fonction de Maître des eaux et forêts , La Fontaine lui
        rachètera cette charge.

26.  Qu’est-ce qu’un écritoire?
        Un coffret contenant le matériel nécessaire pour écrire.

27.  Quel livre a rendu La Fontaine célèbre à Paris ?
        Les Fables choisies, mises en vers par Mr de La Fontaine.

28.  En quelle année ?
        1668, le premier recueil des fables fut édité le 31 mars,
        et comprenait six livres.

29.  A qui destinait-il ses fables ?
        Le premier recueil de fables en 1668 fut dédié au Dauphin de France,
        fils de Louis 14 ,âgé de sept ans.
        Le second recueil en 1678 était dédié à Madame de Montespan,
        maîtresse du roi. 
        Le dernier recueil au Duc de Bourgogne, petit -fils de Louis 14 en 1694.

30.  Quel artiste La Fontaine choisit il pour illustrer les différentes éditions de 
        ses fables ?

        François Chauveau ( Paris 1613- 1676), graveur du Roi,
        le meilleur de son temps.

31.  Combien de fables a-t-il écrit ?
        Plus de 240 fables réparties en trois recueils et douze livres de
        1668 à 1694.

32.  Qui devait donner son autorisation pour l’édition d’un livre au temps
        de La Fontaine ?
        Aucun livre ne pouvait paraître sans l'autorisation du Roi qui s'appelait
        " Privilège Royal".

33.  A-t-il écrit des livrets d’opéra ?
        Jean de La Fontaine a écrit deux livrets d'Opéra.

34.  Donnez un titre d’opéra
        Le premier livret,  Daphné, fut refusé par Lulli en septembre 1674.
        Le second L'Astrée, opéra mis en musique par Colasse, gendre de Lulli
        en 1691, fût également un échec.

35.  Jean de La Fontaine parlait-il plusieurs langues ?
        Il avait appris le grec et le latin.

36.  A-t-il écrit des Contes ?
       Oui, le 10 janvier 1665 paraissaient les Contes et Nouvelles en vers ,
       suivis en 1666 de la deuxième partie des Contes.

37.  Ecrivait-il ses Contes pour les enfants?
        Non, c'était des Contes libertins pour adultes qui dénoncaient l'hypocrisie
        des moeurs  et en particuliers des religieux.

38.  Ont-ils été censurés ?
        Oui, en 1675 la vente des Nouveaux Contes fut interdite par ordonnance
        du lieutenant de police de La Reynie.

39.  Chez qui La Fontaine pouvait-il habiter à Paris ?
        Son oncle par alliance : Jacques Jeannart au service de Nicolas Fouquet.

40.  Quelle était la religion de La Fontaine ?
        Catholique

41.  Etait-il marié ?
        Oui ,le contrat de mariage fut passé le 10 novembre 1647 chez
        Maître Thierry François, notaire à La Ferté MiIlon.

42.  Quel âge avait son épouse lorsqu’ils se sont mariés ?
        Sa jeune épouse  avait 14 ans et demi , ce qui était fréquent à l'époque.

43.  Comment s’appelait-elle ?
        Marie Héricart (La Ferté-Milon 26 avril 1633 -Château-Thierry nov 1709),
        fille de Louis Héricart , lieutenant civil et criminel au bailliage à La
        Ferté-Milon et d'Agnès Petit.

44.  La Fontaine avait-il des enfants ?
        Il a eu un fils Charles , baptisé le 30 octobre 1653, et qui exerça la fonction
        de greffier en chef des maréchaux de France à Château-Thierry.

45.  Pourquoi appelait-on son épouse " Demoiselle " de La Fontaine ?
       Seules les femmes mariées de la noblesse étaient appelées" Dame",
       les femmes mariées non nobles mais bourgeoises étaient appelées
       "demoiselles".

46.  Quelle fut la première oeuvre publiée par La Fontaine ?
        Il s'agit de L'Eunuque, comédie en vers imitée de Térence,
        parue en aout 1654.

47.  Comment  Jean de La Fontaine a-t-il connu Nicolas Fouquet ?
        Il a été introduit dans l'entourage de Fouquet par son oncle Jeannart.

48.  Quelle était la fonction de Jacques Jeannart auprés de Nicolas Fouquet ?
        Il fut  conseiller du roi, substitut de Nicolas Fouquet dans son importante
        charge de procureur Général au Parlement de Paris.

49.  La Fontaine aimait-il le jeu ?
        Lire la citation au début du questionnaire.

50.  La Fontaine aimait-il les livres ?
        Lire la citation au début du questionnaire.

51.  La Fontaine aimait-il la musique ?
        Lire la citation au début du questionnaire.

52.  La Fontaine  aimait-il la ville ?
        Lire la citation au début du questionnaire.

53.  La Fontaine aimait-il la campagne ?
        Lire la citation au début du questionnaire.

54.  La Fontaine  aimait-il la chasse ?
       Oui, il connaissait bien la chasse et on retrouve de nombreux termes
       de chasseurs dans le texte des fables.

55.  La Fontaine aimait-il les animaux ?
       Oui, il ne partageait pas l'avis de Descartes ni sa théorie des
       "animaux -machines", il avait  une  compassion certaine pour les animaux
       et la nature.

56.  La Fontaine aimait-il voyager ?
        Il ne fut pas un grand voyageur , hors mis ses allers retour entre
        Château-Thierry, Paris, et Reims où il voyait son ami Maucroix , son seul
        voyage semble avoir été le Voyage en Limousin.

57.  Qui accompagnait-il lors de son voyage en Limousin ?
        Il accompagna sans doute volontairement son oncle Jacques Jeannart.

58.  Pour quelle raison ?
         Proche de Fouquet , Jeannart fut exilé à Limoges par le roi,
         comme sanction.

59.  Qu’à t-il écrit au cours de ce voyage ?
         Six lettres adressées à son épouse Marie Héricart, datées du 25 août au
         19 septembre 1663, lettres qui ne seront pas publiées du vivant de
         La Fontaine.

60.  Quelle était la devise de Jean de La Fontaine  ?
         Diversité est ma devise disait le poète comme dans la fable:
         Le Singe et le Léopard.

61.  Jean de La Fontaine connaissait-il d’autres écrivains ?
         Il fréquentait de nombreux hommes et femmes de lettres  à Paris, Molière,
         Boileau, Racine, La Bruyère, Charles Perrault, Mademoiselle de Scudéry,
         Saint -Evremond, Chapelle, Pelisson ....

62.  Quel lien de parenté avait-il avec Jean Racine ?
        Jean Racine ( La Ferté-Milon 1639- Paris 1699) originaire de La Ferté-Milon
        était le cousin de Marie Héricart.

63.  Où La Fontaine résidait 'il à Paris ?
        Chez l'oncle de Marie, Jacques Jeannart qui habitait quai des Grands
        Augustins, paroisse Saint André puis dans l'enclos du Palais de Justice.

64.  A-t-il rencontré  Molière ?
       Oui, il y avait une grande estime mutuelle entre les deux hommes,
       La Fontaine écrivit l'épitaphe de Molière ( Paris 1622 - 17 février 1673 ).

65.  Quel était la fonction de Nicolas Fouquet ?
        Nicolas Fouquet ( Paris 1615 - Pignerol 1680 )  fut Surintendant des Finances
        ce qui lui permit d'acquérir une fortune prodigieuse.
        Colbert provoqua sa perte et lui succéda.

66.  Quel ouvrage La Fontaine a t'il écrit à la gloire du Château de
        Vaux le Vicomte?

        Le Songe de Vaux, commandé par Fouquet cet ouvrage aprés son
        arrestation resta inachevé, il s'agissait d'une fiction poétique célébrant 
        les merveilles du Château construit à partir de 1656.

67.  A quelle date Nicolas Fouquet donna t'il  fête en l'honneur du roi au
        château de Vaux Le Vicomte ?

       Le 17 août 1661, cette fête trop somptueuse au goût du jeune Roi
       Louis 14 déclencha la perte de Fouquet qui fut arrêté quelques jours
       plus tard à Nantes.

68.  Quelle pièce Molière créa et joua t'il devant le Roi ce soir là ?
        Les Fâcheux, sa première comédie-ballet  dans laquelle joua également
        Armande Béjart.

69.  Qu'a fait La Fontaine pour demander la grâce de son protecteur et ami 
        Fouquet ?

        La Fontaine a écrit l'Elégie aux Nymphes de Vaux et une Ode au Roi,
        fin 1662, début 1663 pour implorer la clémence du roi . Il fit parvenir le texte
        à son ami avant de l'envoyer au roi, Fouquet était détenu à Vincennes
        depuis décembre 1661, l'instruction de son procés dura trois années et fut
        truffée d'irrégularités.

70.  Quelles furent les protectrices de La Fontaine dans l'entourage royal ?
        Madame de Montespan puissante favorite du roi à qui il dédiera le deuxième
        recueil de fables et sa soeur Madame de Thiange.

71.  Quelles furent les relations entre La Fontaine et le Grand Turenne ?
        Membre important de la famille de Bouillon, ce grand soldat admirait
        La Fontaine qu'il tenait en amitié.
        La Fontaine lui adressera plusieurs Epitres.

72.  La Fontaine a t-il vendu sa maison natale ?
        Oui, Il vendit le bel hôtel particulier de la rue des Cordeliers  en janvier
        1676, notamment pour régler les dettes paternelles et trouver la gloire
        littéraire à Paris, il avait 55 ans. Deux cents ans plus tard sa maison
        deviendra l'actuel Musée Jean de La Fontaine.

73.   A qui a-t-il vendu sa maison natale?
         A son cousin Antoine Pintrel.

74.  En quelle année est-il entré à l’Académie française ?
        Il fut reçu le 2 mai 1684, aprés un premier refus du roi qui exigera l'élection
        préalable de Boileau , son historiographe.

75.  Quel numéro de fauteuil occupait-il à l'Académie ?
         Il occupa le fauteuil  numéro 24.

76.  A qui succéda t-il ?
        Ironie du sort, La Fontaine succéda à Jean-Baptiste Colbert
        (Reims 1619 -Paris 1683) l'ennemi de son protecteur Nicolas Fouquet.

77.  Chez qui était-il hébergé à cette période ?
        A partir de 1673, Marguerite Hessein( 1636-1693), épouse d'Antoine
        Rambouillet de La Sablière, dite Madame de La Sablière, hébergera et
        aidera Jean de La Fontaine qui fréquentait son salon, l'un des plus
        brillants de Paris.

78.  Quel texte célèbre La Fontaine dédiera t'il à Madame de La Sablière ?
        Son discours de réception à l'Académie française " Discours à Madame
        de La Sablière ", livre 9.

79.  Quelle fut la fonction de Jean de La Fontaine chez la duchesse douairière
        d'Orléans au palais  du Luxembourg? 
        Il exerçait la fonction de "gentilhomme servant " de la Duchesse à partir de
        1664.

80.  Quel peintre a fait le portrait de la Fontaine au moment de son entrée à
        l'Académie ?

        Hyacinthe Rigaud ( Perpignan 1659 - Paris 1743 ).

81.  Quel autre portrait célèbre Rigaud a t'il réalisé ?
        Le portrait du Roi Louis 14, dont il était le peintre officiel.

82.  Quels artistes ont réalisé le portrait de La Fontaine de son vivant  ?
        François de Troy ,portrait conservé au musée de Genève, Nicolas de
        Largillière ont représenté La

83.  Quel jardinier célèbre rencontra t'il chez Fouquet ?
        Le Nôtre André ( Paris 1613 - 1700) créateur des parcs de Vaux Le Vicomte, 
        de Versailles et  de l'agencement des jardins dit " à la française".

84.  Quand commençèrent les travaux pour la construction de Versailles?
        Peu aprés l'arrestation de Fouquet à la fin de l'année 1661.

85.  Quel peintre célèbre La Fontaine rencontra t'il au Chateau de
        Vaux Le Vicomte ?

        Charles Le Brun ( Paris1619 - 1690) qui peignit les magnifiques plafonds
        de Vaux Le Vicomte.

86.  Qui était Marie Anne Mancini?
        La nièce de Mazarin (Rome 1649 - Paris 1714), épousa le Duc de Bouillon,
        seigneur de Château-Thierry en août 1662, elle fut compromise dans l'Affaire
        des Poisons. Amie de La Fontaine elle fut sa protectrice et l'introduisit dans
        un entourage proche du pouvoir royal.

87.  Où résidait-elle à Château-Thierry?
        Au château des Ducs de Bouillon, qui surplombait l'Hôtel particulier de
        La Fontaine. Le château fut démantelé à la révolution.

88.  Où résidait-elle à Paris ?
        Jean de La Fontaine pouvait lui rendre visite à l'Hôtel de Bouillon, rue Neuve
        des Petits Champs puis dans un Hôtel sur les quais de Seine dont une partie
        est l'actuelle Ecole des Beaux Arts.

 89.  Dans les fables, quel est  l'animal le plus souvent cité?
         L'animal le plus cité est le loup,  ensuite par ordre d'apparition
         viennent le renard, le chien, le lion, l'âne, le rat, le singe, le chat.

90.  Quel surnom Madame de La Sablière donnait t' elle à La Fontaine ?
        Elle l'appelait "Mon fablier", autrement dit "mon arbre à fables" quant à
        La Fontaine, il lui avait attribué le nom d'Iris dans ses poèmes.

91.  Jean de la Fontaine a-t-il rencontré la Marquise de Sévigné
        (Paris1626 - Grignan 1696)?

        Oui, ils avaient des relations en commun.

92.  Que disait-elle des fables ?
        La Marquise avait une grande admiration pour le talent de La Fontaine,
        elle comparait les fables à autant de petits tableaux :
        " cela est peint " disait-elle.

93.  Où La Fontaine aimait-il réciter ses vers?
       Dans les bois, il y puisait son inspiration.

94.  Qui devint le protecteur de La Fontaine aprés le décés de Madame
       de La Sablière ?

       Anne d'Hervart, maître des requêtes au Parlement de Paris ,fils de banquier
       richissime, époux de Françoise de Bretonvilliers dont La Fontaine admirait
       la beauté.

95.  Où La Fontaine s'est il éteint?
       Chez les d'Hervart dont il était devenu l'hôte, dans leur Hôtel particulier
       rue Platrière à Paris .

96.  A qui a-t-il adressé sa dernière lettre le 10 février 1695?
       A son ami le plus fidèle, François de Maucroix. Il avait eu un malaise la
       veille en rentrant de l'Académie.

97.  Quel âge avait-il lors de son décès?
       La Fontaine est mort à l'âge de 74 ans, au printemps le 13 avril 1695.

98.  Où a-t-il été enterré?
       Le poète fut inhumé au cimetière des Saints-Innocents à Paris.
       Fermé en 1780 pour cause d'insalubrité. Les ossements furent transférés   
       dans un ossuaire souterrain en 1786.

99.  Où se trouve son tombeau?
       Le cénotaphe de Jean de La Fontaine se situe au cimetière du Père
       Lachaise à Paris, à côté de Molière.

100.  Quelle est votre fable préférée?

haut de page

© avril 2007 - Mentions légales - Maître d'œuvre Formalog.info - Réalisation webservice02 - D. Forest -